Pour ceux qui n'ont pas pu la suivre, ou ceux qui désirent la revoir, l'excellente conférence de Louis est disponible via ce lien

 

 

Le dimanche 6 décembre 2020 à 14h30, Jean-Michel Phillipart de Foy, apiculteur à la Srabe et Médecin Nutritionniste nous a proposé une conférence en ligne.

« L’Homme, l’abeille, le miel ou le sucre »

Vous pouvez la voir ou revoir en suivant ce lien : https://youtu.be/4TVpArW_KHI

Nous nous posons des questions sur la mortalité de nos colonies en hiver.
Je vous propose un mode de réflexion autour du microbiote intestinal de l’abeille en parallèle avec le nôtre et nos pathologies.
Imaginez nos colonies nourries pour l’hiver avec des « aliments complets » pour abeilles (glucose-fructose) sans composés phénoliques et poly-phénoliques favorisant une dysbiose (perte d’équilibre du microbiote intestinal), responsable d’un impact important sur le système immunitaire et le comportement des colonies.
Exposées à des facteurs d’environnement (glyphosate et autres phytosanitaires) accentuant le déséquilibre de leur écosystème intestinal, nos abeilles doivent en outre faire face aux varroas et leurs virus.
Pour comprendre le principe d’un effet clef de voute des écosystèmes, je vous recommande le documentaire d’ARTE, « Seregenti, les clés de notre avenir – une enquête écologique. »


Jean-Michel Phillipart de Foy

 

La conférence de Geert Steelant, De lachende bijenkast (la ruche qui rit) du 11 octobre a eu lieu en présentiel pour un nombre limité de nos membres mais la bonne nouvelle est que nous avons mis en place une diffusion en direct que vous pouvez toujours suivre via ce lien :

https://youtu.be/rTYAP8_JVtg


Geert Steelant est passionné de nature depuis son enfance .
Il travaille en Warré et a adopté une méthode d'apiculture simple et surtout naturelle.
Il aime donner une belle maison à ses abeilles mais n'aime pas trop se mêler de leur ménage !
Se basant autant que possible sur la vie des colonies d'abeilles sauvages, il visite ses colonies le moins possible pour ne pas les stresser, ne fait pas de prévention d'essaimage (attention, ceci n'est pas possible en ville !), n'utilise jamais de cires gaufrées, refuse de couper du couvain mâle et hiverne les colonies sur leur miel.
 
Il s'adjoint la collaboration d'un acarien prédateur du varroa, le Stratiolaelaps scimitus, pour diminuer le taux d'infection de la varroase dans ses colonies. Pour cela il crée un habitat favorable pour le Stratiolaelaps (mélange de compost et de terre) et place les ruches en contact direct avec cet habitat.

La devise de Geert :

les abeilles ne doivent pas apprendre à vivre avec les hommes,
les hommes doivent réapprendre à vivre avec les abeilles.

Une expérience particulière à découvrir.